Roland Veuillet : Rendez-vous de l’Intersyndicale avec Monsieur Jacky Simon, Médiateur de l’Education Nationale le 16 novembre 2004.

mercredi 1er décembre 2004
mis à jour dimanche 15 juillet 2007

(Etaient présents : Monsieur Simon Médiateur de l’Education Nationale, les délégués syndicaux de l’UNSEN-CGT, du SNES, du Sneta CPE eiL, de SUD éducation et de la CNT).

Après un rapide échange, à caractère général, Monsieur le Médiateur a indiqué qu’il regrettait de n’avoir pu aller, pour différentes raisons, plus tôt, au fond du dossier.

Il a indiqué également qu’il s’était déplacé à Lyon pour rencontrer Roland Veuillet et discuter assez longuement avec lui ; notamment sur la liste d’une centaine de personnes que Roland Veuillet souhaite faire citer. M. Simon ne pourra pas mener autant d’entretiens, et a demandé à Roland Veuillet de restreindre cette liste. La liste réduite comporte cependant une trentaine de personnes, ce qui semble encore trop lourd à mettre en place matériellement.

M. le Médiateur compte se rendre bientôt à Nîmes pour commencer les auditions.

Les débats se sont orientés autour de trois axes principaux.

1-Monsieur Simon a d’abord fortement insisté sur son étonnement de la remise en cause du contenu du Procès verbal du conseil de discipline. Eclaicir ce point est un point majeur pour lui. Puis il a indiqué qu’il convenait, dans cette affaire, « de bien cerner le climat d’ensemble » du dossier et que, dans ce but il se rendra en priorité au lycée Dhuoda., afin de mieux comprendre « les évènements », mais aussi les « pratiques et l’ambiance » à l’intérieur du lycée Dhuoda à cette époque. Cependant il lui paraît difficile de rencontrer les personnes qui ne sont plus présentes sur l’établissement (mutations, retraites, fin de scolarité...). M.SIMON s’est montré intéressé et très attentif à l’évocation d’une pétition, massivement signée par les personnels de l’établissement, en 2001, pour soutenir Roland Veuillet, qui faisait, déjà, l’objet de pressions à cause de son activité syndicale. M.Veuillet s’opposait syndicalement aux « expériences innovantes » mises en place sur le lycée Dhuoda dès 2001. Les représentants syndicaux ont commenté d’une manière générale la nécessité d’observer la plus grande clarté dans les établissements « expérimentaux ».
Monsieur le Médiateur a indiqué qu’il explorerait simultanément plusieurs « pistes » et qu’il ne s’interdisait aucune direction a priori.

2-Les délégués syndicaux présents ont ensuite tenu à insister sur la nécessité absolue, pour le Médiateur, de mener les entretiens, avec les personnes qu’il souhaitera entendre, dans la discrétion la plus grande afin que celles-ci ne puissent faire l’objet de pressions ou de « mesures punitives ».
Monsieur Simon s’est engagé à faire de son mieux en la matière et il a tenu à rappeler qu’il pouvait recevoir des témoignages écrits et, qu’en sa qualité de médiateur, il pouvait utiliser des témoignages pour forger, en quelque sorte, son « intime conviction », sans être contraint de divulguer ses sources ; cette garantie d’anonymat permettrait ainsi de répondre, en partie aux inquiétudes des personnes concernées.
Les délégués ont ensuite évoqué la question des personnes qui pourraient témoigner mais qui ne sont plus dans l’établissement ; Monsieur Simon a rappelé qu’il n’avait pas des « compétences de police judiciaire » permettant de rechercher ces personnes, mais que, à l’inverse, toutes les personnes qui voudraient le contacter et lui en feraient la demande seraient écoutées.

3-Monsieur le médiateur a ensuite demandé aux organisations syndicales présentes ce qu’elles attendaient, précisément, de sa médiation.
Les délégués ont exprimé plusieurs vœux.
Ils demandent que la lumière soit faite complètement sur l’ensemble de cette « affaire » ; ils insistent ensuite sur la nécessité de la levée totale de la sanction et, la position commune est qu’il ne pourrait être question de se contenter d’une « amnistie » ou d’une « grâce » de compromis, mais qu’il est indispensable d’obtenir une révision du dossier et une « réhabilitation » de Roland Veuillet.
Monsieur Veuillet doit pouvoir revenir chez lui, dans son académie, la « tête haute » et « lavé de tout soupçon".

La séance commencée vers 18 H15 s’est achevée vers 19 H 45 et, les parties présentes se sont séparées après avoir convenu de faire, ultérieurement, un nouveau point de la situation.

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois