Oaxaca : fin annoncée de la grève enseignante ; Ulises Ruiz sur le départ

Note d’information n°3
samedi 28 octobre 2006
mis à jour samedi 28 avril 2007

L’information est tombée le 26 octobre à 18 heures 05, heure locale, soit ce matin, 1 heure 05, heure française : par 31 000 voix contre 20 000, les membres de la 22ème section du SNTE se sont prononcés pour la reprise des cours après cinq mois de grève.

La décision est toutefois assortie de conditions. La reprise ne se fera que si le Ministère de l’Intérieur, avec lequel ont eu lieu les négociations précédentes, garantit la sécurité physique, administrative et dans le travail des enseignants, le paiement des arriérés de salaire, si sont libérés les prisonniers politiques liés au mouvement et annulés les mandats d’arrêt contre des militants oaxaquègnes. De plus, la 22ème section fait savoir que si Ulises Ruiz n’a pas démissionné le 30 novembre, elle « sabotera » la prise de fonction officielle du nouveau président de la république. Une délégation doit aller à Mexico aujourd’hui pour rencontrer le ministre de l’Intérieur à ce sujet. S’il accepte les conditions, la reprise pourra commencer de façon échelonnée. Les enseignants ont aussi déclaré qu’ils maintiendraient une délégation sur les barricades et piquets tenus par l’APPO.

Ce n’est pas vraiment une surprise, mais la décision aura été dure à prendre. On fera grâce au lecteur des multiples péripéties qui, depuis le lundi 23, ont retardé la conclusion. Dame, qui n’a connu cette difficulté à reprendre le boulot après une grève longue et dure ? D’autant que dans ce cas, ce n’est pas le seul facteur. Sur le plan des revendications corporatives, les enseignants d’Oaxaca ont gagné, rappelons-le, depuis fin septembre. En revanche, c’est le départ du malgouverneur de l’Etat, Ulises Ruiz, du PRI, qui était devenu l’objectif principal du mouvement depuis le 14 juin, la brutale répression déclenchée par Ruiz contre le mouvement (92 blessés), et la création de l’Assemblée Populaire des Peuples d’Oaxaca (APPO). Indépendamment des pressions très fortes exercées sur eux, les enseignants oaxaquègnes étaient placés devant le dilemme : ou risquer de faire perdre leur année scolaire à un million trois cent mille élèves, ou donner l’impression qu’ils brisaient le front constitué par l’APPO.

Soutien grandissant dans tout le pays

A présent, la situation est telle qu’ils peuvent reprendre le travail sans avoir l’impression de trahir le mouvement qu’ils ont contribué à lancer. Le satrape Ruiz est sur un siège éjectable. Rappelons que, de toute façon, l’APPO avait déjà obtenu fin septembre de substantielles réformes de la vie politique de l’Etat d’Oaxaca : destitution des responsables de la police et de la justice de l’Etat, préparation d’une nouvelle constitution, incluant le contrôle citoyen sur les élections et la révocabilité des élus, annulation de l’auto-prorogation de mandat décrétée par l’assemblée oaxaquègne acquise au PRI... A cela s’est ajouté, ces derniers temps, une avalanche de déclarations de solidarité avec l’APPO en provenance de tous les Etats du Mexique. L’EZLN a déclaré que toucher à l’APPO, c’était toucher à l’EZLN ainsi qu’à toutes les organisations unies dans « l’autre campagne ». Le samedi 21, 5 000 personnes ont manifesté à Mexico en soutien à l’APPO, pendant que des manifestations semblables avaient lieu dans plusieurs capitales d’Etat. Le lundi 23 commençait une grève de profs de lycée qui le mercredi suivant touchait déjà 13 Etats. Les remous provoqués au sein du SNTE par l’intention affichée d’Elba Ester Gordillo (dirigeante qui a servi la soupe à 3 présidents de la république) d’exclure la 22ème section l’ont obligée à modifier in extremis l’ordre du jour du congrès du syndicat. Aujourd’hui même, à l’appel de l’APPO, journée de mobilisation dans tous les Etats de la république : blocages de routes et de carrefours...

Un allié trop encombrant

Le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel... !) défend bec et ongles son représentant Ulises Ruiz. Il est vrai que celui-ci donne une image très fidèle de ce qu’a été - et reste - ce parti dans l’histoire mexicaine : parti de profiteurs de la Révolution de 1910-1920, de notables tout puissants dans leur pré carré, s’enrichissant ouvertement aux dépens du bien public, faisant taire opposants et simples gêneurs grâce à leurs gros bras à la gâchette facile, et n’ayant qu’un programme : rester au pouvoir.

Le PRI a donc fait savoir au PAN, parti du président sortant (Fox) et du « président élu » (Felipe Calderón, déjà surnommé FeCal) qui doit prendre ses fonctions le 1er décembre, que s’il « lâchait » Ulises Ruiz, le prix à payer serait maximum. Il est vrai que « FeCal » a été très chichement élu, malgré la fraude, et qu’il aura absolument besoin de l’appui du PRI pour gouverner.

Malgré tout, Ruiz est tellement nauséabond qu’après bien des hésitations, le secrétaire général du PAN a déclaré officiellement le 24 que celui-ci était le principal obstacle au retour à la sérénité à Oaxaca, et que s’il a le moindre sens civique il doit démissionner. Hier, un autre dignitaire du PAN, le chef du groupe au Sénat, en remis une louche : la solution au conflit passe par le départ d’Ulises Ruiz, a-t-il répété. Peu de temps auparavant, l’épiscopat mexicain avait fait une déclaration allant dans le même sens, quoiqu’avec plus de circonlocutions. Bien entendu, le PRD (opposition de gauche) est sur la même ligne, et réclame en outre l’inculpation de Ruiz pour « violations graves à la Constitution et aux lois fédérales ». Le 25, c’est le comble, un groupe de chefs d’entreprises d’Oaxaca - ceux qui ne profitent pas du système PRI - adoptait la même position.

Mais, cela va de soi, le satrape oaxaquègne ne veut rien entendre. Et c’est là que Fox a fait preuve d’une imagination digne d’un grand homme d’Etat : il a proposé à Ulises Ruiz un poste dans le futur gouvernement de « FeCal » ! Elégante façon de se débarrasser d’un allié trop encombrant, même si la morale politique n’y trouve pas son compte...

27 octobre 2006.

Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois