Installation de jardins maternels payants en Mayenne

Sud Education 53
mercredi 29 juin 2005
mis à jour dimanche 3 juillet 2005

3 textes sur l’installation des jardins maternels payant en Mayenne organisés par la commune et destinés à accueillir les tout-petits l’après-midi : présentation - analyse - tract intersyndical

1 - Jardins maternels en Mayenne

Depuis maintenant une semaine deux "jardins maternels" ont ouvert leurs portes en Mayenne. Il s’agit d’une première étape de l’externalisation de l’accueil des petits (taux très élevé de scolarisation des 2 ans en Mayenne = insupportable pour l’IA). Cette expérimentation est pilotée par le conseil général, l’Inspection Académique et la CAF. Les petits sont accueillis le matin à l’école mais l’après-midi ils ne le sont plus ( l’IA a envoyé à la directrice d’une des deux écoles concernées une lettre lui disant de refuser d’accueillir les petits l’après-midi sans se soucier de la loi) . Pour accueillir ces petits l’après-midi, les municipalités ont mis en place un « jardin maternel ». Ce jardin est bien entendu payant. Les enseignantes restent dans l’école pour travailler avec les grandes sections ( ce qui se faisait déjà pendant l’heure de la sieste), l’ATSEM, elle va au jardin avec une éducatrice.

Cette expérimentation est révélatrice de la logique des politiques d’éducation des néo- libéraux (largement majoritaires au conseil général de la Mayenne dont le président n’est autre que Jean Arthuis, ancien ministre des finances sous Juppé) : remise en cause de l’accueil des petits ( premier pas vers une suppression de la maternelle ?), récupération des enseignants pour des missions « nobles » (préapprentissage de la lecture en grande section) et externalisation vers des services payants de missions jusque là du ressort de l’EN.

Cela fait maintenant un an que Sud éducation 53 se bat contre la mise en place de cette expérimentation. L’an dernier, nous avons provoqué une réunion publique (IA, CAF, Conseillés généraux étaient invités) durant laquelle nous avons mis en évidence les différents problèmes et dangers qu’une telle expérimentation soulevait. L’IA était présent et a reconnu à plusieurs occasions que pour mettre en place ces jardins il serait dans l’obligation de déroger à la loi. Plusieurs autres questions posées par la salle n’avaient pas trouvé de réponses et l’ouverture de ces jardins avaient été reculée de six mois.

Depuis la rentrée de janvier ils sont ouverts et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ne font pas l’unanimité chez les parents. Ceux de Renazé sont même très critiques et s’opposent à la municipalité. La bataille de l’opinion n’est pas gagnée pour les tenants de ce projet et Sud éducation 53 fera tout son possible pour qu’au moment de l’évaluation de l’expérimentation, qui aura lieu en juin, les « jardins maternels » se retrouvent suspendus.


2 - Appel intersyndical

L’intersyndicale Education de la Mayenne
Ferc-CGT, Se-UNSA, Snudi-FO, Sgen-CFDT,
SUD-Education, SNUipp-FSU
Soutenue par l’AGIEM.

A décidé d’initier une action pour stopper l’expérimentation des jardins maternels.

1) Nous vous demandons de procéder à la consultation de votre conseil des maîtres afin qu’il se prononce sur l’expérimentation des jardins maternels.

2) Nous vous demandons de proposer aux parents d’élèves élus, avant ou après la tenue de votre conseil d’école, de signer et de faire signer une pétition leur demandant de se prononcer contre cette expérimentation.

Si une discussion entre les parents, les élus et le conseil des maîtres a lieu durant le conseil d’école (ou avant, ou après), il serait intéressant que vous nous informiez de la teneur de ce débat.

L’intersyndicale se propose, lorsque le nombre de conseils de maîtres et le nombre de pétitions sera suffisamment significatif, d’organiser une conférence de presse à Renazé et à Meslay, durant laquelle nous rendrions public les résultats obtenus.

L’intersyndicale cherchera ensuite les moyens d’interpeller les élus du conseil général lors de l’une de leur séance plénière.

Pour que cette action réussisse à mettre un terme à l’expérimentation en cours et empêche l’ouverture d’autres jardins maternels, nous avons besoin que chacun et chacune la porte à la connaissance de ses collègues et des parents d’élèves de son école.


3 - JARDINS MATERNELS : les faux amis sont « sans a priori »

Selon Jean Arthuis, président du Conseil Général, les jardins maternels visent à mettre les enseignants « devant des enfants qui apprennent à lire (les CP) plutôt que devant ceux qui dorment (les 2-3 ans) ».

Rappelons d’abord que la plupart des enseignants concernés n’ont pas attendu ce grand pourvoyeur en conseils de bon sens pour décloisonner, quand c’est possible et nécessaire, pendant la sieste des petits.

Rappelons aussi que les jardins maternels sont obligatoirement payants pour les familles, sans quoi la CAF n’accorde pas d’aide aux communes intéressées. Les familles des « classes populaires », chères à nos élus de gauche, apprécieront...

Rappelons encore que les jardins maternels sont gérés par les communes, donc ce dispositif sera inégalitaire car toutes les communes n’ont pas les mêmes moyens. Cette caractéristique est une constante des mesures « décentralisatrices ».

Rappelons toujours que l’Inspecteur d’Académie lui-même lors de la réunion d’informations débat organisée en mai dernier par Sud éducation n’a pas nié que les motivations de cette expérimentation sont d’abord économiques. Il est vrai que ce jour-là aucun élu du Conseil Général ( à l’exception de Mmme Bouillon) ne s’était donné la peine de se déplacer. Aucun, pas même ceux de gauche, pas même ceux qui exercent la profession d enseignant. Pas même ceux qui sont à la fois élu de gauche et enseignant !

Rappelons enfin que, contrairement aux propos du grand pédagogue Jean Arthuis l’école n’est pas forcément « la crèche gratuite » pour les 2-3 ans.

Est-ce la presse qui ne s’est pas fait écho de leurs réactions ou bien nos élus de gauche sont-ils restés muets ?

Quelques suggestions pour les aider à être moins timides la prochaine fois :
- Si l’école maternelle ne fonctionne pas au niveau de ses ambitions, c’est peut-être parce que l’Etat ne lui en donne pas les moyens. Mais, c’est vrai que 1’Etat, c’était la gauche jusqu’au bouillon d’un certain 21avril. Et qu’on ne peut pas dire que la différence soit flagrante. C’est juste plus rapide et sans ambiguïté avec la droite.
- Ils auraient peut-être dû signifier à Arthuis que, malgré le manque de moyens et les effectifs pléthoriques, l’école dès deux ans est plutôt bénéfique pour les enfants des milieux défavorisés.

MAIS NON ! Dans Ouest France (18/01, page 9), chacun a pu lire que l’opposition est favorable à l’expérimentation des jardins maternels « à condition que ce soit bien le petit enfant qui soit au centre des préoccupations et non la volonté de faire des
économies. Il faudra l’évaluer sans a priori ». Dixit Yan Kiessling, élu du parti socialiste au Conseil Général et enseignant (!). C’est de la niaiserie optimiste ou
du libéralisme mimétique ?

N’hésitez pas à lui poser la question, à lui ou aux autres, ils vont sûrement manifester ces jours-ci pour la sauvegarde des services publics.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Installation de jardins maternels payants en Mayenne

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois