Contre la décentralisation la lutte continue !

Tous ensemble contre la Loi Fillon, pour les salaires,
dimanche 27 février 2005
mis à jour lundi 13 février 2006

Appel à tous les personnels ATOSS et enseignants, syndiqués et non syndiqués des syndicats Sud Education de la région parisienne

La mobilisation contre la loi Fillon d’orientation scolaire continue. Il faut l’amplifier pour empêcher le gouvernement de faire de l’Education nationale la branche formation du MEDEF, en cassant les qualifications (diplômes nationaux), les conventions collectives pour casser les salaires.

Mais cette lutte n’aboutira pas si on oublie
la décentralisation qui démantèle également l’Education Nationale.

Rien n’est perdu ! Il est temps d’agir ! La loi a été imposée en juillet 2004 à coup de décret 49.3 : le gouvernement n’a même pas osé la faire voter. Depuis, les présidents de région ont refusé de signer les conventions d’application, parce qu’aucun financement de l’Etat n’est prévu. Même si la loi est passée, que ce soit la décentralisation ou la loi Fillon, rien n’est irréversible !

La décentralisation, c’est la casse des statuts et des conditions de travail pour les ouvriers et administratifs. La décentralisation, c’est la fin des mutations, c’est statutairement moins de congés payés, c’est la possibilité d’être licencié (statuts de la Fonction Publique Territoriale), c’est la soumission à des patrons politiques locaux et le clientélisme généralisé pour la progression de carrière...Dans certains départements, gare aux belles promesses : les majorités politiques changent.

La décentralisation, c’est la privatisation des missions ouvrières ! D’ores et déjà la pénurie est organisée. Les effectifs des ATOS sont en chute libre dans les établissements : de nombreux précaires sont virés.

Dans les 6 prochaines années, 40% des ATOS partent à la retraite. Le gouvernement a déjà annoncé son intention de ne pas les remplacer. Le terrain est préparé pour les entreprises privées de sous-traitance du nettoyage, de la restauration, de la maintenance, du gardiennage, comme c’est déjà largement le cas dans les écoles lorsque les communes gèrent les locaux et les personnels.

La décentralisation menace aussi l’école primaire. La loi prépare la disparition de la maternelle (BO Spécial N° 10 - 30 septembre 2004) et la création d’EPEP (établissement publics d’enseignement primaire) avec le maire comme président du Conseil d’administration.

La décentralisation menace aussi les communaux. Actuellement, l’essentiel des missions ouvrières de la Fonction Publique Territoriale sont assumées pas les communes. Avec la décentralisation et les risques d’explosion de la fiscalité (impôts locaux), partout, les maires restructurent les services. Voirie, espaces verts, restauration, entretien, animation, ATSEM ... les précaires sont virés, les départs en retraite pas remplacés et les marchés publics offerts aux entreprises privées.

Le 20 janvier, de nombreux ouvriers et administratifs étaient en grève mais absents de la manifestation ou en ordre dispersé. La revendication contre la décentralisation est encore passée inaperçue !

A partir du 10 mars, nous vous proposons de constituer à chaque manifestation un cortège intersyndical ATOS contre la décentralisation et d’y venir nombreux, quel que soit votre syndicat (venez badgés ou avec vos drapeaux). Nous nous engageons à fabriquer une banderole non signée contre la décentralisation.

FORMONS UN CORTEGE INTERSYNDICAL ATOSS

Tous en grève le 10 mars

Tous à la manifestation

cortège ATOSS

RTF - 23.2 ko
Télécharger le tract au format .rtf

Navigation

Agenda

<<

2021

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois